La famille Moule

La famille Moule s’était installée là où l’eau était plus polluée, en mer, près d’un quai,

Et sûrement pas dans une claire piscine. L’ancêtre était son arrière-grand-père, qui y fut transporté par un thon ;

La pauvre petite Mémé, amarrée à une petite ancre, apprenait à maman Moule comment être enfin bien élevée. Il y avait aussi papa Moule, devenu hélas très trapu. Ils avaient beaucoup d’enfants :

Certains avaient grandi, d’autres étaient encore petits. Une famille un peu mélangée

Mais aussi tellement unie, qui pour vivre allait nettoyer la mer. Pour les Moules ce travail

N’était plus leur tasse de thé. Le travail était déjà dur et qui plus est,

Tous les habitants de la mer les évitaient un peu écœurés : « Mais au moins tu t’es lavé? » « Sale moule laide et puante ! »

« Reste dans la coquille, ne sors pas du tout ! » Par une belle journée, un dimanche ensoleillé,

La famille se rassembla : « Nous avons assez été vexés! »

« Nous ferons la grève pendant tout le mois! »

La nouvelle un peu inattendue prit tous de court immédiatement :

En un rien de temps, la pagaille fut semée. Des ordures partout : « Il faut d’autres mange-tout ! » « Qu’un ban approprié soit proclamé ! » expliqua le maire en paradant ! Les premières à se présenter

Furent des palourdes en liesse

Mais elles se remplirent de sable, alors elles furent jetées à la poubelle, à leur grande détresse. Ce fut le tour d’une daurade,

Qui, trop délicate, fut cuisinée en brandade ;

Un gros mérou, à cause de la puanteur, ne tint pas le coup. Au bout du compte,

L’eau était noire à faire honte.